auxin-herbicides-chickweed
juillet 20, 2016

‘Toutes les auxines ne se valent pas!’

La coopération entre Dow AgroSciences (DAS) et l’Université de Warwick (en Angleterre) autour d’un projet de recherche a permis d’aboutir à une découverte révolutionnaire sur les capacités des nouveaux herbicides de DAS, les arylpicolinates et notamment l’Arylex™ active, à se lier aux récepteur des plantes.

Les herbicides auxiniques de synthèse, grâce à leur mode d’action complexe, jouent depuis longtemps un rôle important dans la gestion des adventices. Ces herbicides se lient aux récepteurs des cellules végétales et perturbent la croissance des espèces sensibles permettant de les détruire.

« La collaboration avec l’Université de Warwick nous permet de mieux comprendre les interactions entre les plantes et nos plus récentes innovations dans le domaine des herbicides auxiniques » précise le Docteur Daniel R. Kittle, Vice-Président Recherche et Développement chez DAS.

Le Docteur Richard Napier, professeur à la Faculté des Sciences de la vie à l’Université de Warwick travaille avec le Docteur Kittle. Il ajoute : « La croissance des plantes est contrôlée par une seule auxine naturelle. Il existe de nombreuses auxines synthétiques qui agissent comme des herbicides en prenant le pas sur le système naturel. Nos derniers travaux ont cependant montré que toutes les auxines ne se valent pas. Les nouveaux arylpicolinates ciblent en priorité un site différent de l’auxine naturelle et des autres herbicides auxiniques de synthèse et se lient à ce site avec une forte affinité. »

BULLETIN

Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières infos et options directement dans votre boite à lettres.