sustainably-food-production
juin 29, 2016

« Produire plus, avec moins, de manière durable… »

Lors de la conférence internationale « The challenges for Farmers and for Agriculture in the futur » début juin au Portugal, Eric Dereudre a présenté le défi posé par la production durable des cultures.

Le 9 juin, Eric Dereudre, membre du comité exécutif de l’Association Européenne pour la Protection des Cultures (ECPA) et Directeur Commercial Europe chez Dow AgroSciences a prononcé le discours d’ouverture de l’évènement organisé par la Confédération des agriculteurs portugais à Santarém au Portugal, en présence de Phil Hogan, Commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural et de Pekka Pesonen, Secrétaire Général du Copa-Cogeca (Comité des organisations professionnelles agricoles et Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne).

Eric Dereudre a insisté sur le soutien à apporter à une production agricole durable par la mise en place de politiques constructives. Il a souligné le rôle de l’industrie dans la nécessité, au niveau mondial, de « produire plus, avec moins », sous la double pression de la croissance démographique et du changement climatique.

« Développer une nouvelle substance active coûte plus de 300 millions de dollars et nécessite au moins 11 années de travail, depuis sa découverte jusqu’à sa commercialisation. Ce délai est principalement dû aux normes réglementaires exigeantes en Europe.

Le rôle des dirigeants politiques est de définir les missions et l’avenir de l’agriculture européenne et de fournir des directives et des réglementations exhaustives. Pour notre part, nous pensons que l’Europe possède le savoir-faire, l’esprit d’innovation et la position géographique pour répondre aux défis posés par la production alimentaire. Nous investissons en ce sens, pour apporter de nouvelles solutions, mais aussi des services et des formations en faveur d’une utilisation durable des pesticides. »

Malgré cet optimisme, Eric Dereudre lance un avertissement. « Ces 20 dernières années, 750 substances sur 1 000 ont été retirées du marché. Et ceci à un moment où seules 200 nouvelles substances ont été introduites. Ainsi, avec cette réduction nette de 550 substances, les solutions mises à la disposition des agriculteurs ont diminué de plus de 50 %. » Cette situation a été aggravée par la mise en place dans l’Union Européenne du Règlement 1107/2009 qui statue sur l’autorisation des substances actives. « Depuis sa mise en œuvre, une seule et unique nouvelle substance active (Arylex™ Active) a été mise sur le marché. »

Eric Dereudre craint que l’avenir de l’agriculture européenne ne soit compromis si ces pratiques restrictives perdurent. « Non seulement les agriculteurs européens pourraient voir leurs rendements et donc leurs revenus diminuer considérablement, mais l’Europe elle-même, aujourd’hui leader en agriculture, pourrait ne plus être auto-suffisante et importer des denrées cruciales. »

Alors que l’innovation est portée aux nues dans l’UE, nous voyons sans cesse des technologies innovantes se voir interdites de commercialisation ou retirées du marché, décisions qui ne s’appuient plus sur des fondements scientifiques mais sur des décisions politiques, précise Eric Dereudre.  

Avant de conclure, il suggère qu’apporter une aide aux agriculteurs dans leur objectif de produire plus durablement devrait signifier leur donner accès à tous les outils disponibles. Il se réfère spécifiquement aux produits phytopharmaceutiques et indique qu’environ 40 % des cultures sont perdues chaque année à cause des ravageurs et des maladies. Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) ce chiffre attendrait 80 % sans l’utilisation de pesticides ! Eric Dereudre évoque ainsi cette campagne lancée par l’ECPA visant à expliquer le rôle des produits phytopharmaceutiques dans l’agriculture et à ouvrir un véritable débat sur leurs avantages dans la production alimentaire.

Il termine en rappelant aux auditeurs la déclaration faite par Jim Nicholson, un membre du parlement européen : « Les pesticides sont une nécessité pour les agriculteurs, et non un luxe ! »

BULLETIN

Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières infos et options directement dans votre boite à lettres.