janvier 25, 2017

Nouvelles du Canada

Lors du récent lancement d’Arylex™ active au Royaume-Uni, l’un des orateurs, Kelly Bennett, Responsable Commercial chez Dow AgroSciences Canada, a présenté son expérience de l’introduction du nouvel herbicide Arylex au Canada.

S’appuyant sur l’exemple de l’Europe, il a mis l’accent sur les principales difficultés rencontrées par les agriculteurs aussi bien au Canada qu’en Europe : conditions météorologiques très contrastées, températures extrêmes et le développement d’adventices résistantes.

La coopération et l’écoute sont au centre du processus de R&D chez Dow AgroSciences. Kelly Bennett a décrit la manière dont cette approche permet de traiter les problèmes auxquels doivent faire face les agriculteurs : « Il est capital de consulter les agriculteurs afin d’élaborer des herbicides adaptés. »

En prenant la question spécifique des adventices dicotylédones, il a présenté les résultats du programme de recherche entrepris avec les agriculteurs et les distributeurs. « Il est évident qu’un herbicide doit permettre de lutter contre les adventices ciblées tout en étant parfaitement sélectif. Mais, avec plus de 100 herbicides disponibles sur le marché prétendant tous lutter contre les adventices dicotylédones, nous devions développer un herbicide qui offre beaucoup plus. »

Il a été demandé aux agriculteurs canadiens d’exposer les plus importants défis qu’ils doivent relever actuellement dans le domaine de la protection des cultures. En d’autres termes, quelles sont les plus grandes difficultés rencontrées lors du traitement des cultures ? Leurs réponses ont essentiellement mis en évidence les problèmes pratiques auxquels ils sont confrontés, tels que « des conditions météorologiques très variables », « la confusion due à une offre pléthorique de produits » et « la résistance aux herbicides ».

En outre, ils ont dû identifier les principales propriétés recherchées dans une solution conçue pour lutter contre les adventices dicotylédones. Concrètement, la propriété la plus importante est « un herbicide qui marche sous des conditions climatiques très variées ». Suivi par « une fenêtre d’intervention plus large permettant de traiter selon mon programme de traitement ». De plus, ils ont mentionné l’idée de développer un « nouvelle famille chimique pour gérer la résistance des mauvaises herbes ».

Ce retour de première main a permis de s’assurer qu’Arylex répond aux besoins pratiques des agriculteurs. Ses propriétés, comme sa souplesse exceptionnelle et sa grande efficacité, même en conditions froide et humide, ont été soulignés. Sa large fenêtre d’application et son potentiel de gestion des résistances sans compromettre ses performances ont également été plébiscités. De plus, il est rapidement métabolisé sous une forme non-active, ce qui lui assure un excellent profil environnemental.

Kelly Bennett a conclu en citant un distributeur qui prouve qu’en effet Arylex offre la plupart des avantages recherchés par les agriculteurs, au Canada comme en Europe.

« Nous pouvons maintenant [avec Arylex] avoir une efficacité sur les mauvaises herbes sous des conditions climatiques très variées, quels que soient la taille des adventices et le stade de la culture, ce qui signifie que le traitement s’effectue plus rapidement et plus efficacement, avec moins de temps morts. »

BULLETIN

Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières infos et options directement dans votre boite à lettres.